Presse – Hebdo Magazine

L’artiste volontaire

Beyrouth – 17 mai 2002

I want ou je veux… Artiste et galeriste dynamique et active, Sara Badr veut… Elle veut beaucoup de choses, comme nous tous d’ailleurs. Son événement artistique, composé de toiles et d’un film, était présenté à la boîte de nuit Strange Fruit jusqu’au 16 mai. Un message direct et clair.

“I want white and black, I want to cry laugh cry laugh cry laugh, I want things that all of you want. ” L’exposition de Sara Badr est faite de paradoxes. “La vie est faite de paradoxes et l’être humain est toujours en quête d’un équilibre. Il veut souvent beaucoup de choses et exactement leur contraire.” Une partie des toiles sont en blanc et noir et les autres sont réalisées à partir des couleurs primaires : le jaune, le bleu et le rose.

“A travers cette exposition, je recherche la liberté instinctive que tout un chacun a perdue avec l’apprentissage de la vie et ses acquis. Peu à peu, l’être humain perd sa liberté et son individualité et rentre dans un moule qu’il n’avait pas nécessairement choisi. C’est sur la reconquête de cette liberté primitive que j’essaie de travailler.” Le thème de la liberté est présent dans toutes ses toiles, le derviche tourneur danse en essayant de s’élever, une autre femme essaie de voler. Une idée originale de Sara est de vendre les toiles au mètre, “toiles de maître au mètre”.

Sara Badr a réalisé d’énormes toiles avec le principe de la sérigraphie. L’intéressé peut couper un bout et n’emporter que cette partie de la toile. L’exposition se déroule dans une boîte de nuit, “pour casser les idées reçues. Je veux que les toiles soient vues par des gens qui ne viennent pas seulement pour voir les tableaux. Le film et le titre de l’exposition sont en anglais parce que je trouve que dans cette langue, le message est plus direct”.

C.T.